Les Visages dAfrique – site d'information
Home » Malades d’hémodialyse : Que de morts !
Actualité Culture et Sociétés Economie Education et Santé Politique

Malades d’hémodialyse : Que de morts !

Le gouvernement qui est toujours prêt à faire évacuer ses dignitaires et les membres de leurs familles à l’étranger, ne semble pas du tout sensible aux malheur des familles des malades d’hémodialyse.

Les pleurs en provenance de la Région de l’Est et particulièrement à Bertoua où l’on déplore déjà près de 40 morts depuis 5 mois que le Centre d’hémodialyse est en rupture de stock des kits, les cris d’alarme en provenance des Régions de l’Extrême-Nord et du Nord, n’ont pas encore pu sortir le gouvernement camerounais de son inconscience. Quand on sait que les évacuations sanitaires auxquelles accédaient les camerounais de tous bords sont devenues l’apanage des pontes du régime et des membres de leurs familles, l’on ne peut pas s’empêcher de couler des larmes. En effet, dans les années d’avant 1982, les fils des pauvres du quartiers Mokolo à Yaoundé bénéficiaient des évacuations sanitaires en Europe. Aujourd’hui, c’est devenu une vue de l’esprit. Pourtant, le budget consacré à cet effet est devenu mirobolant. Une question nous vient alors à l’esprit : « Mais qu’est-ce qui ne va pas ? »

Comme annoncé il y a quelques mois par notre journal, les malades d’hémodialyse meurent comme des poulets

                Le 23 décembre 2019, le Ministre de la Santé Publique le Docteur Manaouda Malachie avait reçu les malades d’hémodialyse du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Yaoundé. Lors de cette audience, l’on avait remarqué que le Directeur du CHU lui donnait un rapport totalement différent de la réalité. Cependant, il leur avait promis de tout faire pour améliorer cette situation malgré le fait que le paiement constitue l’épineux problème auxquels ils sont toujours confrontés. Néanmoins, tout en le lui concédant, il y a aussi lieur de se demander si le Ministre de la Santé Publique ne peut pas consacrer une partie des bons d’essence ou sursoir à l’achat des grosses cylindrées dont le prix d’une seule peut permettre l’achat d’au moins 20, pour résoudre le problème de ces camerounais qui meurent ? Surtout que depuis le 23 décembre 2019, la situation s’est empirée. Tenez ! En août 2020, trois machines seulement fonctionnaient au CHU pour plus de 200 malades ; les séances auxquelles les malades VIP sont reçues en priorité, sont passées de 5 000F à 20 000F(il faut en moyenne 8 séances par mois) ; de 7 villes qui hébergeaient les machines, seules 5 sont encore opérationnelles. Les promesses sont faites tout le temps comme on voyait hier 1er Décembre 2020 à la Télévision nationale (CRTV) depuis Maroua, mais ne sont pas toujours tenues. Ceci depuis des décennies.

Ratio Prado / machine pour dialyse

                Quand on sait qu’une Land Cruiser V8 coûte plus de 80 000 000 F et qu’une machine pour dialyse ou un respirateur coûtent en moyenne 3 500 000F, l’on peut donc déduire que si le gouvernement du Cameroun avait effectivement mis l’être humain au centre de ses préoccupations, il doterait au moins tous les hôpitaux de District du Cameroun d’un appareil pour dialyser. C’est une question de volonté politique et de considération de la vie d’un être humain. Que ne promettent-ils pas pendant les campagnes électorales ?

La priorité du Ministre de la santé

                L’on peut dire sans être excessif que si le Ministre de la santé Publique avait décidé d’accorder la priorité à ces malades, l’on n’en serait pas là, malgré les pesanteurs que nous connaissons dans l’administration camerounaise. Cependant, l’on a remarqué que la priorité pour le Ministre de la Santé Publique était de s’engager en campagne pour l’élection de sa fille, candidate à l’élection du Président de la Coopérative du Collège de la Retraite. La preuve, il est même passé au journal télévisé de la CRTV. Mon œil ! Que n’a-t-on pas vu au collège de la Retraite ? C’est un professeur du dit établissement qui présentait les voitures des élèves candidats dont le parking familial n’est truffé que de très grosses cylindrées. A se demander si l’on était vraiment dans un collège confessionnel. Comme dit ce proverbe africain : « Le fou est l’échelle du sage. » Rappelons pour la gouverne de nos lecteurs que les candidats à l’élections du président de la coopérative du collège de la Retraite avaient au bas mot 5 000 000F pour la campagne. Des enfants qui ne connaissent pas encore ce qu’on appelle « le monde du travail. » 5 000 000F, de quoi doter un hôpital d’un respirateur avec des bonbonnes d’oxygène ou d’un appareil pour dialyse. Nous sommes en période de campagne électorale pour les Régionales et les gens meurent faute d’appareils et de kits pour dialyse. Cette situation permet de voir la vraie face de ceux-là qui contrairement à d’autres qui accordent des bourses et des dons aux familles démunies, préfèrent tromper le peuple.

Facebook Comments Box

Related posts

6e Edition de la FEBASI : Les autorités camerounaises rendront-elles la politesse aux femmes ivoiriennes ?

Leonard FANDJA

Cas Laurent GBAGBO : une violation des droits de l’homme et un déni de justice inacceptables

Leonard FANDJA

Logements sociaux : Le rêve est devenu réalité à Douala.

Leonard FANDJA

Leave a Comment